TOC de vérification : comment guérir tout seul ?

Si vous souffrez du besoin obsessionnel de tout vérifier pour être rassuré, alors vous êtes en proie aux Troubles Obsessionnels Compulsifs de vérification.

Il est vrai que personne ne naît avec des TOC, mais ils résultent de notre façon de nous protéger de nos peurs.

Ils deviennent une véritable pathologie handicapante quand ils sont récurrents et envahissants.

TOC de vérification  comment guérir tout seul

Ils empoisonnent notre quotidien et entravent notre épanouissement.

Comment s’en sortir ?

Les Thérapies comportementales et cognitives pour soigner les TOC

Les TOC de vérification se manifestent par la répétition des comportements physiques et mentaux dans le but de réduire l’anxiété dont il se nourrit et l’entretien.

Heureusement, ils peuvent être traités.

Vous pouvez obtenir à ce sujet, plus d’infos sur ctah.eu.

Parmi les différentes thérapies qui existent, les Thérapies comportementales et cognitives (TCC) constituent l’une des plus anciennes méthodes de traitement qui a fait ses preuves.

Elles aident le patient à comprendre que ses souffrances ne sont pas les conséquences de ses erreurs.

Celles-ci résultent des doutes et schémas de pensée obsessionnels qui envahissent son subconscient.

Ces pensées et souvenirs n’ont donc aucune existence dans la réalité que vit le patient.

L’objectif du TCC est d’entraîner le cerveau à remplacer les mauvais réflexes par des comportements sains.

Pour y arriver, elle essaie d’éliminer la notion de contrainte consécutive aux pensées et souvenirs et de libérer le patient de l’action compulsive.

Ce dernier ne sera plus contraint de faire les rituels auxquels il s’adonne de façon irrésistible.

La méthode de l’exposition mentale pour soigner les TOC

Elle est une étape d’acceptation volontaire du patient de son état et une prise de conscience de ses souffrances pour en sortir.

Elle consiste à rechercher les pensées négatives qui suscitent l’anxiété et déclenchent les actions répétitives de vérification et apprendre à les tolérer.

Bien qu’inconfortable, cette méthode permet de diminuer de façon progressive l’intensité de l’anxiété et d’éliminer ses symptômes.

De façon plus pratique, la méthode d’exposition prend la forme d’un exercice de 30 à 45 minutes au quotidien.

Au cours de celui-ci, le patient s’évertuera à invoquer volontairement ses souvenirs et les pensées qui déclenchent ses doutes et ses craintes.

À titre d’exemple, il peut s’imaginer sortir de la maison sans fermer le robinet ou avoir laissé le gaz ouvert.

L’objectif de cette méthode est d’apprendre à vivre l’émotion associée à ses pensées sans les combattre.

Cet exercice d’exposition permet d’appréhender et de minimiser de façon progressive l’anxiété et la peur liées au TOC.

La méthode de l’exposition avec prévention de la réponse

Elle est la deuxième phase de la méthode dite de l’exposition.

En effet, les émotions générées par l’exposition déclenchent une anxiété qui doit être dissipée par la vérification effective.

Cette dernière est la réponse qu’il faut s’abstenir de donner.

Autrement dit, elle consiste à la rétention à réaliser les actions compulsives suscitées par l’exposition.

Elle prend sens comme processus de guérison en ce qu’elle permet de rompre consciencieusement le cercle vicieux « obsession compulsion ».

En effet, c’est la vérification qui entretient le TOC et contribue de ce fait à accentuer l’anxiété liée aux obsessions.

De façon pratique, la mise en œuvre de la méthode de l’exposition avec prévention de la réponse consiste à se retenir de faire les vérifications.

Pour y arriver, le patient doit noter tous les souvenirs et pensées qui déclenchent ses craintes.

Ensuite, il doit s’entraîner à ne pas y réagir même si cette rétention est source d’angoisse.

La relaxation et l’activité physique pour réduire l’anxiété

L’une des façons de se sortir du cercle vicieux qu’induisent les TOC de vérification est d’utiliser des techniques de relaxation pour réduire l’anxiété.

Elles consistent à aider l’esprit à mieux contrôler les symptômes.

Aussi, l’effet du sport sera d’une grande aide pour le patient.

En effet, le sport modifie notre cerveau et fait beaucoup de bien à notre corps.

Il nous distrait et contribue à la diminution des émotions négatives.

En conclusion, ces différentes approches ont pour but d’amener le cerveau à comprendre que les obsessions et compulsions sont infondées et irraisonnées.


Articles connexes :

Peut-on guérir de la maladie de Parkison ?