Comment soigner l’incontinence urinaire chez la femme ?

En France, des millions de femmes sont touchées par ce trouble qu’est l’incontinence urinaire.

Cette dernière peut se signaler à tout âge chez une femme et elle est source d’inconfort aussi bien dans la journée que dans la nuit.

Elle survient de manière inattendue.

Comment soigner l’incontinence urinaire chez la femme

Chez les personnes souffrantes de cette pathologie, cela représente un véritable cauchemar au quotidien.

D’où la nécessité de la traiter assez vite afin de retrouver une vie normale.

Voici comment s’y prendre.

Les types d’incontinence urinaire

Il existe deux types d’incontinence urinaire.

Il s’agit de l’incontinence urinaire d’effort et l’incontinence par impériosité.

L’incontinence urinaire d’effort

Elle est le type le plus fréquent chez les femmes.

En effet, trois femmes sur quatre en souffrent.

En général, elle se manifeste lorsque la personne tousse, éternue ou lorsqu’elle fournit un effort physique tel que par exemple, soulever une charge ou courir tout simplement.

Comme explication physique, il faut noter que les muscles qui sont chargés de retenir l’urine dans la vessie cessent de jouer leur rôle.

Cette forme d’incontinence est causée souvent par un accouchement, une grossesse ou la ménopause.

Sur la question, vous aurez plus d’infos sur mdm-france.com.

L’incontinence par impériosité

Cet autre type d’incontinence urinaire est une conséquence de troubles au niveau du fonctionnement de la vessie.

Les sphincters qui sont l’ensemble des muscles dont le rôle est de retenir l’urine, fonctionnent de façon hyperactive.

Ils font ainsi pression.

Cela se manifeste par un besoin pressant d’uriner après la fuite.

En général, les fuites surviennent quand la patiente entend le bruit de l’eau.

Comment soigner l’incontinence urinaire chez une femme ?

Les fuites urinaires ne sont pas sans conséquences dans la vie d’une femme.

En effet, elles sont très handicapantes.

Toutefois, il est possible, par diverses solutions, de traiter cette pathologie.

La rééducation du périnée comme première solution

En cas de fuite urinaire, c’est la réduction du périnée qui est la première solution préconisée par les spécialistes.

Cette rééducation se fait avec l’encadrement d’un kinésithérapeute.

Ce dernier aide la patiente à remuscler son périnée.

La rééducation regroupe également des méthodes comportementales dont le but est de réapprendre à uriner de façon régulière afin d’éviter que la vessie ne déborde.

L’un des avantages de la rééducation périnéale c’est qu’elle peut être utilisée contre tout type d’incontinence urinaire.

Calmer l’hyperactivité de la vessie grâce à des médicaments

Le traitement médicamenteux est efficace seulement contre l’incontinence urinaire par impériosité.

On fait recours alors à des médicaments de la catégorie des anticholinergiques qui aident à calmer l’hyperactivité de la vessie ainsi que ses effets secondaires que sont : une bouche sèche ou une constipation.

Le recours aux protections absorbantes

Il existe aujourd’hui plusieurs types de protections qui aident les femmes souffrant de fuites urinaires à vaquer tranquillement à leurs occupations.

C’est d’ailleurs la solution la plus utilisée chez les femmes sujettes à cette pathologie.

Entre autres produits, il y a des slips, des changes complets, des coquilles pour hommes, etc.

Ces protections sont très adaptées pour la nuit.

La chirurgie en dernier recours

Lorsque la chirurgie est possible, elle peut être une solution radicale mais efficace pour soigner l’incontinence urinaire de tout type.

Cependant, elle doit être considérée en dernier recours notamment quand la personne ne peut plus supporter les fuites.

Il faut dire que le type d’opération dépend des causes et du type d’incontinence.

  • La pose de bandelettes sous-urétrale : consiste en une opération bénigne dans laquelle, on installe une bandelette en dessous de l’urètre afin de maintenir celui-ci en bonne position.
  • Deux ballons ajustables péri urétraux : ces ballons sont gorgés de sérum physiologique et peuvent être posés d’un côté et d’autres de l’urètre.Ils remplacent le sphincter dans la rétention des urines
  • La neuromodulation : elle est proposée à une personne chez qui les traitements médicamenteux n’ont pas été efficaces et qui souffrent d’incontinence par impériosité.

Par ailleurs, on peut aussi recourir à une injection de toxine botulique dans la vessie.

Pour conclure, même si l’incontinence urinaire est très fréquente chez les femmes, il existe plusieurs méthodes pour se soigner.


Articles connexes :

Calvitie chez l’homme : comment faire repousser les cheveux ?

Comment vaincre l’hyperphagie nocturne (trop manger la nuit) ?